• Via di San Gallicano, Rome, Italy
  • (39) 06 8992225
  • dream@santegidio.org

Category Page: Tanzania

Nutrition et santé avec DREAM 2.0

Le cycle de formation « Nutrition et santé », organisé par le programme DREAM de la Communauté de Sant’Egidio avec la contribution du « 8 x mille » de l’Eglise catholique italienne a vu la participation pendant quatre jours de 23 techniciens communautaires de santé des centres DREAM de Tanzanie (provenant de Iringa, Arusha, Uwemba et Masanga) et de 20 techniciens communautaires de Iringa, Usokami et du district de Pawaga, l’un des plus touchés par la malnutrition infantile, dans la région de Iringa.

La malnutrition constitue aujourd’hui encore l’un des principaux facteurs qui contribuent à la mortalité infantile en Tanzanie. Dans ce pays, 34,4 % des enfants âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique, mais ce taux atteint 50 % dans les zones rurales et dans les zones les plus pauvres. La malnutrition aiguë concerne 4,5 % de la population, soit environ 2 600 000 personnes. Le pays a récemment inscrit la lutte contre la malnutrition parmi ses priorités dans le domaine de la santé publique.

 

Dans la région de Iringa, plus de 14 000 enfants souffrent de malnutrition, dont 4 700 de malnutrition sévère aiguë, comme l’ont rappelé les autorités locales (le Regional Commissioner et le Regional Medical Officer), présents à l’inauguration.

Parmi les causes de malnutrition, figurent la pauvreté de la population rurale et un régime majoritairement basé sur la consommation de céréales et de tubercules, avec un faible apport d’aliments riches en micronutriments et protéines.

C’est la raison pour laquelle, pendant la formation, une large place a été donnée à la formation relative à la manière d’éduquer la population à l’adoption un régime nutritionnel correct et diversifié, en améliorant l’alimentation locale.

Avec l’aide de nutritionnistes tanzaniens et à partir d’expériences dans le domaine, comme celle de la Communauté pape Jean XXIII, des conseils pratiques ont été mis au point ainsi qu’une série de recettes utiles pour les enfants âgés de 6 mois à 2 ans, l’âge le plus à risque pour ce qui concerne la malnutrition.

Un autre thème abordé a été celui de l’hygiène dans la préparation et la conservation des aliments et l’importance de consommer de l’eau sûre.

L’accès insuffisant à l’eau potable constitue en effet la cause de maladies répétées qui peuvent porter préjudice à la bonne croissance de l’enfant.

A la fin du stage, tous les participants, en plus de l’attestation de participation, ont reçu l’édition en kiswahili du livre Comment va la santé ?.

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Karibu DREAM Matteo Zuppi !

L’archevêque de Bologne Zuppi en visite au centre DREAM d’Iringa

Mons. Matteo Zuppi al centro DREAM di Iringa in Tanzania

Karibu DREAM Matteo, ce sont les mots qui ont accueilli, avec une chaleureuse accolade, Mgr Matteo Zuppi, l’archevêque de Bologne, en visite le 20 janvier dernier au centre de soin de la Communauté de Sant’Egidio à Iringa, en Tanzanie.

La chaleureuse accolade a reçu en échange la grande affection de Mgr Zuppi qui, avec sympathie et intérêt, a tenu à visiter à chaque service et département du centre. Quelle n’a pas été sa surprise de voir le soin apporté aux espaces, la grande organisation, le professionnaliste des agents qui ont expliqué le fonctionnement du programme et le soin des patients. Le programme DREAM compte aujourd’hui 2 100 patients en soin dans la ville d’Iringa et, depuis sa création en 2009, il a assisté environ 12 000 patients.

L’évêque a visité ensuite le laboratoire de biologie moléculaire dont il a salué les standards alignés sur les standards occidentaux ainsi que les équipements sophistiqués. Puis il a rencontré les malades et les a salués en leur disant : « D’ordinaire les riches gardent pour eux les plus belles choses. DREAM et la Communauté de Sant’Egidio, au contraire, comme une mère qui veut le meilleur pour ses enfants, a rendu disponible le meilleur de ce qui se trouvait en Europe. Ce centre, en plus d’être très beau, montre l’amour de la Communauté pour ses enfants en Afrique. Les agents sont non seulement très compétents, mais on voit qu’ils vous aiment. Nous avons évoqué le grand travail de la paix que la Communauté de Sant’Egidio a accompli en Afrique en rappelant le Mozambique et le Burundi. Aujourd’hui, la guerre que nous voyons ici est une autre guerre, la guerre contre le SIDA. Nous sommes ici pour remporter ensemble cette bataille”.

Un grand gâteau a été coupé par Mgr Zuppi avec l’aide d’un enfant et d’une activiste de DREAM. A l’issue de la cérémonie, avant la belle photo de groupe, ou plutôt de famille, les patients ont offert un t-shirt portant l’inscription « Karibu DREAM Matteo ». Bienvenue à DREAM Mgr Matteo !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

L’approche globale du SIDA et des pathologies associées aujourd’hui : un défi à relever

La formation du programme DREAM en Tanzanie

img_7523

L’extension des programmes de soin du SIDA et de la tuberculose au niveau national et la nécessité de soutenir l’effort du gouvernement pour garantir leur qualité, et donc leur succès, ont incité le programme DREAM à organiser à Dar-es-Salaam un stage de formation sur le thème « DREAM 2.0 – The global approach to HIV patient: prevention, diagnosis and treatment of virological failure and drug resistance ».

Le titre et la thématique abordée ont suscité un grand intérêt et une grande attention de la part du personnel impliqué dans la lutte contre les pandémies. Plus de trente cliniciens experts de différentes régions de Tanzanie ont participé à la formation. La présence d’enseignants internationaux, la réputation du programme DREAM dans le pays et l’actualité de la thématique abordée se sont attiré une réponse enthousiaste de la part des participants.

L’inauguration des travaux a eu lieu à la School of Pubilc Health de Dar-es-Salaam à Muhimbili Hospital. Le recteur a ouvert la session en exprimant son honneur et son plaisir de pouvoir accueillir un tel événement.

Le responsable des laboratoires du NACP a rappelé que DREAM a fait œuvre de pionnier ces dernières années en réalisant des laboratoires de biologie moléculaire qui permettent le monitorage des patients en traitement et qui sont aujourd’hui un modèle à mettre en place pour l’ensemble du pays.

Le stage a été réalisé grâce au soutien de l’Eglise catholique et des financements du huit pour mille qui soutiennent DREAM depuis des années avec un impact et un succès remarquables.

Le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le SIDA, célébrée récemment, pose encore de nombreux défis : l’extension des programmes de soin au niveau national, leur soutenabilité, le contrôle de l’adhésion aux soins pour éviter l’apparition de résistance aux médicaments et le rôle important de tous les acteurs impliqués, de l’action desquels dépend le sort de millions de malades. Il ne fait aucun doute que la formation des personnels de santé joue un rôle fondamental pour le succès de cette bataille.

Beaucoup reste encore à faire et un grand chemin a été accompli grâce à l’appui d’un grand nombre de personnes. La Communauté de Sant’Egidio sait qu’elle ne peut pas ne pas relever le défi que cette épidémie pose, en appuyant tous les efforts des pays où elle est présente et en partant justement du personnel de santé impliqué dans la lutte et dans le soin du SIDA et des pathologies qui lui sont associées.

En conclusion du stage, l’ambassadeur italien en Tanzanie, M. Roberto Mengoni, a mis l’accent sur le rôle fondamental qu’a joué Sant’Egidio tant en Tanzanie qu’en Afrique ces dernières années par sa présence et le travail mené dans la lutte contre la pandémie et pour la paix.

Il reste de nombreux défis et DREAM s’affermit de plus en plus dans son rôle de guide et d’anticipateur de choix grands et importants qui ont changé bien des réalités des pays dans lesquels il œuvre, aux côtés des malades et des personnels.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

« Solar DREAM » à Usa River, en Tanzanie

DSCN0232

Les installations « solaires » de DREAM 2.0 se poursuivent à un rythme soutenu ; en Tanzanie aussi, la reconversion en énergie renouvelable de centres et de laboratoires DREAM de la Communauté de Sant’Egidio a commencé.

Au centre DREAM d’Usa River, à environ 20 km d’Arusha en Tanzanie, on vient de terminer l’installation d’un système à énergie solaire hybride avec accumulation.

Nos installateurs tanzaniens sont rapides et efficaces. En trois jours ils ont mis en place les panneaux photovoltaïques, relié les onduleurs et les batteries, et modifié les tableaux électriques existants de manière à ce que tous les services essentiels du laboratoire et du centre de soin DREAM soient alimentés par l’énergie solaire.

Une belle économie à la fois financière et environnementale. Nous avons évalué une baisse de 70 % de l’utilisation du générateur diesel et une semblable réduction des émissions nocives dans l’atmosphère.

Le « solaire » d’Usa River ne pouvait arriver à un meilleur moment. La Tanzanie traverse actuellement une grave période de crise dans la production d’énergie électrique. Au début du mois d’octobre dernier, les implantations hydroélectriques du pays ont été fermées à cause du manque d’eau (http://www.bbc.com/news/world-africa-34491984).

Un événement de cette portée ne s’était jamais produit par le passé. Les changements climatiques se font ressentir… et dans notre centre DREAM d’Usa River nous nous en sommes malheureusement aussitôt aperçus. En octobre le générateur diesel a dû pallier les pannes de courant continuelles en travaillant près de 200 heures en un mois.

Karibu nishati ya jua … bienvenue à l’énergie solaire à Usa River. Elle est arrivée au bon moment et nous espérons qu’elle parvienne vite aussi dans les autres centres DREAM de Tanzanie.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Uwemba, Tanzanie. Une alliance pour la vie

2015-11-02_Uwemba_map

La mission bénédictine d’Uwemba en Tanzanie se situe à 2000 mètres d’altitude dans un paysage montagnard, beau mais profondément blessé par l’épidémie de SIDA.

C’est la région de Tanzanie présentant la plus haute prévalence de VIH, 14,8 %, mais chez les femmes, elle atteint presque 16 %.

La mission, belle et bien organisée, avec des fermes, des bâtiments agricoles, des écoles, une église, un barrage qui produit du courant électrique et un four pour le pain, possède également un grand centre de santé.

Des histoires douloureuses de grande souffrance et de mort n’ont pas laissé les sœurs bénédictines et les moins indifférents. Ce cri de douleur des centaines de personnes malades, le cimetière qui accueille chaque jour les dépouilles des malades, ont conduit les religieux à réfléchir en profondeur et à comprendre que l’on ne pouvait plus attendre.

uwemba20151102C’est par l’intermédiaire d’un réseau d’amitié qui passe par la Suisse, par les amis de la paroisse de Kusnacht à Zurich, lesquels ont découvert DREAM à travers des voyages en Afrique et une amitié longue de plusieurs années avec la Communauté de Sant’Egidio à Rome, qu’est née la proposition d’apporter DREAM à Uwemba.

La proximité du centre DREAM d’Iringa, situé à environ quatre heures de route, l’histoire de guérison de plusieurs malades amenés là-bas pour se soigner, l’amitié qui lie la congrégation bénédictine et la Communauté ont constitué autant d’éléments d’une mondialisation de la solidarité qui se réalise aujourd’hui.

Ce mois-ci, une mission de DREAM et un groupe d’amis de la paroisse de Kusnacht ont visité Uwemba et rencontré les religieuses et les moines de la mission. Concrètement, la rencontre a permis de programmer aussitôt des interventions, de prendre des décisions opérationnelles pour l’ouverture à brève échéance d’un centre DREAM dans le centre de santé. Une très belle rencontre avec des témoignages vivants et riches en paroles vibrantes d’amitié et d’espérance ont conclu la visite. Les mots ESPERANCE, JOIE et GRATITUDE ont résonné à plusieurs reprises et renforcé une alliance dans la miséricorde pour les perspectives qu’ils ouvrent, pour la vie qui renaît.

L’amitié longue de nombreuses années, faite de fidélité, de sympathie, d’espérance et de conscience que la riche Europe peut encore beaucoup apporter en Afrique pour changer la vie d’un grand nombre de personnes, mais aussi l’expérience acquise par DREAM ces dernières années et le désir de relever de nouveaux défis se recomposent une nouvelle fois dans une grande mosaïque, dans le cadre naturel de la terre splendide et aimée de la mission d’Uwemba.

Karibu DREAM. Asante DREAM

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Inauguration du stage de formation DREAM à Arusha

FullSizeRenderCes cinq dernières années ont vu de grandes mutations s’opérer dans le domaine de la lutte contre le SIDA : le traitement pharmacologique bénéficie à douze millions de personnes dans les pays aux ressources limitées ; la mortalité a nettement diminué et l’incidence a également commencé à diminuer ces dernières années. Mais comment combler le fossé entre espérance de vie et santé des personnes porteuses du VIH dans les pays africains ? Quelles stratégies convient-il de mettre en œuvre pour que les instruments que nous avons à notre disposition, comme la thérapie antirétrovirale, soient pleinement utilisés en exploitant toutes leurs potentialités ? Et encore : quelles thérapies utiliser en cas d’échec de la seconde ligne thérapeutique, comment améliorer le circuit du diagnostic précoce, comment garantir aux patients un accès aux soins durable dans le temps ? Tels sont les sujets et les questions soulevés par le stage de formation sur le thème “DREAM a model of HIV/ AIDS Treatment” qui s’est ouvert aujourd’hui à Arusha en Tanzanie, grâce aux fonds de la CEI (Conférence épiscopale italienne), dans le cadre des projets pour le Tiers-monde financés par les fonds du 8/1000.

IMG_1293Le mont Kilimandjaro qui domine la ville a salué les différentes équipes venues de toute la Tanzanie et qui ont entrepris de très longs voyages pour participer à cette semaine de formation. Nombreux sont ceux qui appartiennent à des congrégations religieuses œuvrant dans les centres de santé du pays, les autres sont des personnels de santé de structures gouvernementales.

Le soin du SIDA constitue encore un grand défi en Tanzanie et exige une réponse structurée et professionnelle pour garantir des systèmes de soin solides et de qualité. DREAM est présent dans le pays depuis plusieurs années : une première collaboration a commencé à partir de 2003 à Iringa, qui a permis de prendre la décision d’offrir au territoire le plus touché par la pandémie un centre clinique pour le soin et la prévention du VIH, de la tuberculose et de la malaria.

Depuis lors un réseau de collaboration s’est déployé autour de ce centre qui a été inauguré par le président Kikwete.

DSC02474A Arusha, un nouveau centre DREAM a été inauguré en 2008, accompagné d’un laboratoire de biologie moléculaire. Il y a quelques mois, un centre de soins DREAM a également été ouvert dans le nord du pays, à Masanga, géré par la congrégation des Filles de la Charité.

Une demande croissante de réplication et de soutien du programme DREAM a motivé l’organisation d’un nouveau rendez-vous réunissant les professionnels de santé désireux d’approfondir leurs connaissances et de partager les expériences de ces années, avec l’ambition d’en savoir plus et de se spécialiser.

La présence de la RMO d’Arusha, le docteur Frida Mokiti, a voulu souligner la participation et le soutien des autorités tanzaniennes au programme DREAM, envers lequel s’expriment de grandes attentes et une grande reconnaissance pour tout ce qui a été réalisé.

Le provincial des Spiritains, Père Amandus, a fait part de sa grande joie de partager depuis plusieurs années avec la Communauté cette heureuse expérience de soin en souhaitant que celle-ci grandisse de plus en plus.

Karibu DREAM, bienvenu DREAM !!

IMG_1378

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail