In Maputo,Mozambico,News

Maputo: rencontre avec 300 jeunes sur le thème « Les médias et le SIDA »

Le 24 mai dernier, le Conseil municipal de Matola – la ville satellite de Maputo où DREAM est présent depuis des années avec une structure qui s’occupe de la prévention verticale de la transmission au VIH et un centre de nutrition qui soutient l’alimentation et l’adoption à distance de centaines d’enfants – a organisé une journée d’approfondissement sur le SIDA. Cette journée était axée autour d’une assemblée ouverte qui avait pour thème « Les médias et le SIDA », à laquelle la Communauté de Sant’Egidio a été invitée.

La rencontre était présidée par le maire de Matola, Monsieur Tembe. Outre les représentants de DREAM, diverses associations et moyens de communication locaux ont pris la parole devant un parterre de 300 personnes, dont une majorité de jeunes.
Le débat s’est focalisé sur l’importance que revêtent les médias pour une communication correcte sur les thématiques relatives à une maladie qui reste entourée d’un fatalisme et une stigmatisation encore très marqués. L’intervention de DREAM a voulu souligner justement combien l’on a besoin d’un type de communication complet et correct, qui ne vise pas à terroriser les destinataires du message, mais qui les pousse plutôt à réfléchir, les informant de la possibilité d’un traitement et leur donnant à la limite l’adresse du centre de santé le plus proche.

On a donné l’exemple des grands panneaux publicitaires que l’on voit dans tout Maputo avec l’inscription LE SIDA TUE! On a fait remarquer avant tout combien cette affirmation n’est pas exacte, combien aussi les résultats du programme DREAM en témoignent : on peut être séropositif et vivre bien et longtemps, si l’on est soigné. Il a été souligné en outre combien un message désespéré peut susciter de l’affolement sans pour autant favoriser une réelle prévention : le seul objectif atteint est d’augmenter la stigmatisation et de répandre la peur d’affronter le problème de manière rationnelle, en effectuant par exemple le test.
Quel type de communication choisir alors ? La proposition de DREAM a consisté à miser sur un message désignant les personnes séropositives comme des « personnes normales qui mènent une vie normale”, et surtout à insister sur la réelle possibilité d’une réponse thérapeutique efficace au SIDA, pour pousser justement les gens à vouloir connaître, sans peur, leur état de santé, avec une perspective d’espoir et non de condamnation à mort.

Le maire de Matola a accueilli positivement les observations et propositions de DREAM. Il a fait savoir qu’il ferait retirer de Matola les panneaux publicitaires évoqués ci-dessus, et a promis qu’il contribuerait en personne à donner plus d’informations : il se rendra au centre DREAM de Machava avec la chaîne de télévision STV pour réaliser un petit reportage dans lequel il demandera lui-même à faire le test. 
 

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail