• Via di San Gallicano, Rome, Italy
  • (39) 06 8992225
  • dream@santegidio.org

Le programme DREAM à l’université du Piémont oriental

IMG-20160630-WA0002

La gestion de l’infection à VIH au Malawi : le rôle du diagnostic moléculaire

Dès le début, le programme DREAM a considéré comme nécessaire l’utilisation du diagnostic et du monitorage de laboratoire pour assurer à ses patients des soins de qualité. DREAM a été le premier programme en Afrique à ouvrir et à utiliser par routine les laboratoires de biologie moléculaire et, rien qu’au Mozambique et au Malawi, les laboratoires DREAM ont exécuté jusqu’à ce jour plus d’un demi-million de charges virales. Avec 300 000 personnes assistées, dont les premières en traitement depuis près de quinze ans, de nouveaux défis se sont posés, au nombre desquels la nécessité d’étudier les pharmaco-résistances du VIH. Pour cela, en collaboration avec plusieurs institutions et organismes de recherche, DREAM est impliqué dans l’étude des pharmaco-résistances, dans la description des mutations et polymorphismes présents, en considération notamment des différents sous-types circulant dans les régions dans lesquelles DREAM travaille, et est également engagé dans le développement d’une méthode diagnostique soutenable et adaptée aux besoins locaux.
IMG-20160630-WA0007

A ce propos, en collaboration avec l’université du Piémont oriental (UPO) et l’école doctorale en biotechnologies médicales, une période de formation et de recherche opérationnelle s’est déroulée durant le mois de juin à Novare, qui a vu l’implication dans le projet du biologiste Richard Luhanga, directeur national des laboratoires DREAM au Malawi. Sa présence a aussi été l’occasion d’organiser un séminaire de présentation de la situation du VIH SIDA au Malawi, avec une attention particulière portée au rôle des laboratoires de biologie moléculaire, et a donné l’opportunité d’expliquer comment, avec l’aide, entre autres, du programme DREAM, le Malawi tente de faire face à l’épidémie. Grâce à la disponibilité d’un grand nombre de membres de l’université et des laboratoires, mais aussi d’appuis sur place qui ont soutenu financièrement la réalisation du stage, nous travaillons pour rendre accessible un test qui devra être de plus en plus utilisé notamment en Afrique pour une meilleure gestion du patient VIH en traitement.

2016-07-09_161039

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Cette page est aussi disponible dans: itItaliano enEnglish pt-brPortuguês esEspañol