• Via di San Gallicano, Rome, Italy
  • (39) 06 8992225
  • dream@santegidio.org

Category Page: Camerun

Visite de l’ambassadrice d’Italie au Cameroun au centre DREAM de Nkolondom

P1070950 NkolondomLe 7 juillet 2016 le centre DREAM de Nkolondom, dans les environs de Yaoundé, a reçu la visite de l’ambassadrice d’Italie au Cameroun, Madame Samuela Isopi.
L’ambassadrice a visité le centre de soin qui compte déjà 450 patients en traitement, et le laboratoire, qui constitue l’un des trois laboratoires à Yaoundé agréé pour effectuer les analyses de charge virale pour l’ensemble de la région centre et sud du pays. Elle a ensuite pris le temps de saluer les mères suivies par le centre ainsi que leurs enfants. Déjà soixante-dix grossesses de femmes positives au VIH ont été suivies depuis 2015 et, à ce jour, les enfants sont tous sains et non contaminés par le virus grâce au programme de prévention et de soin. A la fin de sa visite, l’ambassadrice a rencontré des représentants des Communautés de Sant’Egidio de Yaoundé et de Douala.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Cameroun : un nouveau centre de soin DREAM à Yaoundé

yaounde03C’est en décembre 2014 que les activités ont commencé au nouveau « Centre DREAM Saint-Joseph » à Nkolondom, district de Djoungolo, près de Yaoundé au Cameroun. Le centre de Nkolondom fait partie d’un centre médical géré par les Sœurs de Saint-Joseph de Gijón, qui comprend notamment une maternité et un centre de soins primaires et de santé pour l’enfant. Le centre a été construit en 2013 grâce à un financement de Manos Unidas Andorra et répond aux besoins sanitaires de la population de cette zone périphérique de Yaoundé, où la prévalence au VIH chez les femmes enceintes est d’environ 10 % alors que les structures sanitaires les plus proches sont surchargées de malades. La structure pourra offrir le parcours complet d’assistance mère-enfant grâce à la nouvelle maternité et aux consultations où se font déjà les vaccinations et les soins pédiatriques, et au centre DREAM qui effectue la prévention de l’infection et propose le traitement contre le VIH ainsi que les analyses de laboratoire nécessaires pour le monitorage. Quarante femmes enceintes, testées positives, ont déjà pu profiter des services diagnostiques de DREAM et de la thérapie.
Ce nouveau centre DREAM a été créé grâce à la collaboration entre la Communauté de Sant’Egidio et les Sœurs de Saint-Joseph de Gijón, fruit d’une amitié née en Espagne qui s’est poursuivie avec ce centre au Cameroun en faveur de la population la plus périphérique.

yaounde01Au Cameroun, la prévalence de l’infection chez les femmes enceintes varie entre 10 % dans les grandes villes, comme Douala et Yaoundé, et 4 % dans les régions de l’extrême nord. Le pays a récemment adopté l’option B+ pour la prévention de la transmission mère-enfant, même si des problèmes dans la fourniture d’antirétroviraux ont ralenti sa diffusion sur le territoire.
Le programme DREAM de la Communauté de Sant’Egidio est présent dans le pays depuis 2008, avec le centre DREAM de Dschang, dans la région ouest, qui compte plus de 1300 patients en soin. Le centre DREAM de Dschang est né lui aussi de la collaboration avec une congrégation religieuse, celle des Filles de la Charité, qui est présente depuis de nombreuses années dans la région avec l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul. Les patients arrivent de toute la région par l’intermédiaire d’un bouche-à-oreille sur la qualité des soins et l’accueil reçu. En particulier, le programme de prévention mère-enfant est bien connu, qui a permis de faire naître plus de 400 enfants sans le SIDA. Tous les ans, au centre, on fait la fête avec tous les enfants qui effectuent le dernier test d’exclusion de séropositivité, à laquelle participent volontiers les proches et d’autres patients, car c’est une bonne nouvelle et une espérance pour tous. Dschang se trouve dans une zone montagneuse et il est souvent difficile d’atteindre les zones rurales. En 2014 il a été possible d’acheter une voiture pour développer les activités de sensibilisation dans les villages et les visites à domicile pour les patients les plus fragiles, parmi lesquels les enfants séropositifs (70 sont suivis par le centre).

yaounde02

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Dschang, Cameroun – Inauguration du Mouvement Je DREAM

L’assemblée inaugurale du Mouvement « Je DREAM » s’est tenue au centre DREAM de Dschang, au Cameroun le 27 octobre 2009.

Une soixante de personnes étaient présentes : des femmes et des hommes pour la plupart séropositifs, dont beaucoup ont une longue histoire de maladie et de souffrance ; mais aussi plusieurs mères qui, grâce au programme de prévention verticale, ont donné naissance à un enfant sain.

Ce fut un moment joyeux et festif, une occasion, comme beaucoup l’ont dit, pour se libérer des sentiments de faute et de honte liés à la maladie.

Quelques-uns ont dit leur fierté de s’unir à un vaste mouvement, tandis que d’autres ont exprimé leur joie d’avoir trouvé une famille accueillante.

Le Mouvement « Je DREAM » se propose de sensibiliser les personnes sur la possibilité de soigner le SIDA. Il veut combattre la stigmatisation qui trop souvent rend la vie des malades encore plus difficile.

Le centre DREAM de Dschang, géré par les Filles de la Charité, a commencé son activité en mai 2008 et accueille aujourd’hui près de 500 personnes en soins.

 

 

 

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Yaoundé, Cameroun – Présentation du Programme DREAM à la Conférence épiscopale

Le 27 juin dernier, le Programme DREAM a été présenté à Yaoundé devant la Conférence épiscopale du Cameroun réunie en assemblée plénière.

Cela a été l’occasion de faire connaître le Programme de manière plus détaillée à l’ensemble de l’Eglise camerounaise. On en avait déjà parlé au moment de l’inauguration du centre DREAM de Dschang, géré en commun avec les Filles de la Charité, mais surtout, à l’occasion de la visite apostolique de Benoît XVI, qui avait rencontré le personnel et les malades de ce même centre.

La présentation a rencontré un très grand intérêt et a suscité plusieurs demandes de collaboration de la part de certains évêques et de nombreuses congrégations religieuses, tous désireux de développer cette expérience au service des malades du SIDA dans leurs diocèses respectifs ou dans leurs centres de soins.

Au Cameroun, en effet, les soins ne sont garantis qu’à ceux qui peuvent payer. Nombreux sont les patients qui ne parviennent pas à se rapprocher de la thérapie, mais aussi ceux qui, après avoir commencé la première phase du traitement, ne sont pas en mesure de continuer à en supporter le coût.

Dans ce sens, la perspective indiquée par DREAM semble particulièrement heureuse et opportune. Elle représente un motif d’espoir pour les nombreuses personnes qui ont besoin d’être soignées et pour tous ceux qui se soucient du sort de ces malades.

Et la naissance à Dschang du premier enfant sain dans le cadre du programme de prévention verticale est un signe supplémentaire qui invite à envisager l’avenir avec confiance.
 

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Yaounde, Cameroun
Pape Benoît XVI: «DREAM ! Un rêve devenu réalité !»

«DREAM ! Un rêve devenu réalité !». C’est par ces paroles que le pape Benoît XVI a salué la délégation de la Communauté de Sant’Egidio à l’issue d’une rencontre à Yaoundé, au Cameroun, faisant référence au programme de lutte contre le SIDA de la Communauté en Afrique.

Aujourd’hui, au cours de la deuxième journée de sa première visite en Afrique, le pape Benoît XVI a rencontré à Yaoundé au Cameroun, une importante délégation de la Communauté de Sant’Egidio, composée des participants au cycle de formation DREAM d’Afrique francophone, accompagnés de représentants des Communautés du Cameroun.

Guinéens, Congolais et Camerounais ont accueilli joyeusement le pape par des chants et des applaudissements. La rencontre a eu lieu au siège de la Nonciature où le pape réside ces jours-ci, sur le Mont Febé, qui domine la ville.
Après avoir affectueusement salué les personnes présentes, Benoît XVI dit avoir «parlé de vous pendant le voyage et de votre travail contre le Sida». «Je connais votre travail a-t-il poursuivi et tout ce que vous faites. Je prie pour vous. Priez vous aussi pour moi».

Les participants à la formation ont été présentés au pape. Les nouveautés et les succès du programme DREAM en Afrique lui ont été exposés. Le programme est présent dans dix pays du continent. Un accent particulier a été mis sur le traitement complet et gratuit, vraie réponse au défi du Sida. Le traitement est aussi la véritable prévention.

En prenant congé, le pape a lancé à tous une salutation de bon augure : «DREAM! Un rêve devenu réalité !». Le soir précédent, les participants à la formation avec les communautés du Cameroun avaient salué le pape à son arrivée à Yaoundé, en agitant des banderoles de bienvenue et en chantant sur son passage. 

FOTO GALLERY
 

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Dschang, Cameroun – inauguration du nouveau centre DREAM

Le 3 mai dernier au matin a eu lieu à Dschang, au Cameroun, l’inauguration d’un nouveau centre DREAM, le premier du pays. Il sera géré par la Congrégation des Filles de la Charité en collaboration avec la Communauté de Sant’Egidio.

Dschang est une ville de près de 100 000 habitants, important cœur de réseau de la province de Bafoussam, dans l’ouest du Cameroun. Située à 1500 mètres d’altitude dans une région très peuplée, Dschang a représenté depuis le début du 20e siècle une destination pour beaucoup de missionnaires européens, d’abord allemands, puis français. Aujourd’hui encore, nombreuses sont les congrégations religieuses à être présentes dans la région. 

Les Filles de la Charité sont arrivées à la fin des années 1960, ouvrant d’abord un orphelinat puis un hôpital (accueillant justement le centre DREAM), qui est aujourd’hui le plus important de la région, avec ses services de chirurgie, de maternité et de pédiatrie.

L’inauguration du centre DREAM s’est déroulée en présence de l’évêque de Bafoussam, du Secrétaire général du Ministère de la Santé, des autorités civiles et sanitaires de la région, ainsi que de nombreux habitants de Dschang. Une forte délégation des Filles de la Charité était également présente, venue des nombreuses provinces du pays.

L’évêque a remercié la Communauté de Sant’Egidio et les Filles de la Charité d’avoir créé un centre d’excellence pour le soin du SIDA et la prévention verticale. Le centre prendra effectivement en soins les adultes, les femmes enceintes et les enfants. Ce sera un centre de référence pour tout le Cameroun, en particulier dans le domaine de la prévention verticale, comme l’a souligné le Secrétaire général du Ministère de la Santé.

Sœur Wivine Kisu, Conseillère générale pour l’Afrique de la Congrégation des Filles de la Charité, venue spécialement de Paris, a évoqué la longue collaboration et ce, dans de nombreuses réalités africaines (Mozambique, Kenya, Nigeria, République démocratique du Congo) qui unit désormais la Congrégation et Sant’Egidio, tant pour ce qui concerne la formation que la gestion des centres.

Les représentants de la Communauté ont quant à eux in
Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

  • 1
  • 2