• Via di San Gallicano, Rome, Italy
  • (39) 06 8992225
  • dream@santegidio.org

Category Page: News

Mission DREAM au Nigeria

Ces jours-ci, une mission DREAM se trouve au Nigeria, le géant anglophone de l’Afrique occidentale, un pays très riche en pétrole, mais secoué par des tensions confessionnelles particulièrement violentes, et dont la population vit dans d’énormes difficultés, parmi lesquelles nous pouvons citer la diffusion du SIDA. La mission visitera le centre de Abuja, la capitale, géré par les Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul –il s’agit du centre où l’on est en train de construire notre laboratoire de biologie moléculaire – et elle analysera les possibilités d’étendre le programme dans le reste du pays.

En effet, au Nigeria, l’on est en train d’obtenir de très bons résultats du rapport de collaboration établi avec la Congrégation des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul, un rapport relativement récent qui implique également d’autres pays africains. Grâce à l’accord passé avec la Congrégation l’an dernier à Paris, nous avons pu commencer, il y a quelques mois, dans un centre de santé de la Congrégation situé dans la banlieue de Abuja, les travaux de construction d’un laboratoire de biologie moléculaire dont l’ouverture est prévue pour le mois de mai. Ce laboratoire représentera le cœur des possibilités de jouir de la thérapie pour les nombreux malades de la ville, ainsi que pour les éventuels centres satellites.

En outre, Les Filles de la Charité nous ont proposé d’étendre la collaboration avec DREAM même à d’autres centres de santé qu’elles possèdent, et qui sont éparpillés dans le reste du pays : par exemple ceux de la banlieue de Lagos et de Port Harcourt, mais également ceux des villes moins importantes. Notre mission visitera donc ces centres pour voir s’il y a la possibilité de commencer la thérapie antirétrovirale dans d’autres régions de cet immense pays à très grande population qu’est le Nigeria (125 millions d’habitants).

 
Le Nigeria en a besoin. Bien qu’avec une situation différente par rapport aux autres états de l’Afrique Australe, plus lourdement frappés par la pandémie de VIH, le pays a quand même un taux de séropositivité qui va–selon les sources d’évaluation– de 3,6% à 8%; l’un des taux les plus élevés de toute l’Afrique occidentale, ce qui entraîne une lourde stigmatisation qui frappe les malades et les personnes séropositives.
À Abuja, notre mission rencontrera également les responsables du Catholic Relief Service, l’organisation qui, à l’avenir, devrait financer les centres de santé de la Congrégation dans le pays reliés au programme DREAM.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

La Communauté de Sant’Egidio annonce une donation de la part de Bill Gates en soutien au programme de prévention et de traitement du SIDA en Afrique

Le programme DREAM (Drug Resource Enhancement against AIDS and Malnutrition)
oeuvre au Mozambique, au Kenya, en Tanzanie, au Nigéria, en Guinée et en Guinée Bissau.

Bill Gates, Président et Chief Software Architect de l’entreprise Microsoft, a décidé de soutenir au moyen d’une donation personnelle de 200 000 dollars par an sur une période de trois ans les activités du programme DREAM, conçu et présenté en 2002 par la Communauté de Sant’Egidio, une association publique de laïcs de l’Eglise catholique dont le siège est en Italie, pour combattre le SIDA en Afrique.

“J’ai entendu parler pour la première fois de l’oeuvre humanitaire développée par la Communauté de Sant’Egidio durant mes déplacements de travail”, a déclaré Bill Gates. “Après m’être informé sur le programme DREAM, mis en place par la Communauté, j’ai voulu faire une donation personnelle pour soutenir davantage et encourager ce travail important.”

Vincenzo Paglia, évêque de Terni, Narni et Amelia, et conseiller spirituel de Sant’Egidio a dit : “Informé de la donation que Bill Gates a voulu prodiguer en faveur du programme DREAM, je voudrais avant tout le remercier du fond du coeur. Nous connaissons son profond intérêt pour ces problèmes et nous souhaitons que nos efforts conjoints puissent contribuer à sauver l’Afrique. Nous avons la ferme intention d’aller de l’avant dans la lutte contre le SIDA en aidant les pays d’Afrique à rassembler les ressources humaines nécessaires pour soigner les personnes atteintes par le SIDA. Les patients eux-mêmes seront impliqués dans cette action comme autant de témoins d’espérance pour toutes les personnes séropositives avec lesquelles nous n’avons pas encore eu la possibilité d’entrer en contact.”

Le programme DREAM est déjà actif au Mozambique, au Malawi, en Tanzanie et au Kenya et il est en train de s’amplifier dans différentes autres nations africaines. Ce programme a concerné jusqu’à présent 20 000 personnes séropositives, auxquelles il a été possible d’offrir une assistance et un soutien alimentaire gratuit. La contribution de Bill Gates aidera à l’amplification du programme, par la distribution de traitements et de tests à un plus grand nombre de personnes et par le renforcement des structures et des activités de base (éducation à la santé, support social, prévention et initiatives de sensibilisation) qui impliquent activement les patients de DREAM.

Le programme DREAM s’est révélé un instrument efficace pour améliorer le système sanitaire africain. C’est l’un des programmes les plus efficaces dans la prévention et le traitement du VIH/SIDA dans les pays de l’Afrique subsaharienne. 97% des enfants nés de mère porteuses du virus VIH et ayant bénéficié du programme sont nés sains. Par ailleurs, après avoir commencé la thérapie antirétrovirale complète proposée par DREAM, plus de 90% des adultes vivent bien et sont en mesure de recommencer à travailler et à soutenir toute leur famille.

Après seulement quatre années d’activité, le programme DREAM est également devenu au Mozambique un pro

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

CONVEGNO INTERNAZIONALE: « Un sogno per l’Africa: bambini senza Aids »

I risultati del programma DREAM presentati a Roma al convegno internazionale « Un sogno per l’Africa: bambini senza AIDS »

DREAM ha preso l’avvio nel marzo 2002 in Mozambico. Oggi le attività di DREAM sono iniziate anche in Tanzania, Malawi, Guinea Bissau, Guinea Conakry e Kenia.
Complessivamente, nei paesi citati, circa 30.000 persone sono venute in contatto con il programma ed hanno eseguito il test per la diagnosi dell’infezione da HIV.
Oltre 11.000 sono i pazienti sieropositivi che i servizi di DREAM hanno in carico, tra i quali circa 1.000 i bambini.
Sono quasi 5.000 i pazienti che hanno iniziato la terapia antiretrovirale (tra i quali circa 400 bambini) con tassi di sopravvivenza a due anni superiori al 90%.

Le gravidanze seguite da DREAM sono oltre 1.600, quasi tutte in Mozambico con più di 1.100 bambini nati.
I tassi di trasmissione verticale dell’infezione si mantengono bassi, non superando ad un anno il 5.5% e scendendo fino a meno del 2% nel gruppo delle pazienti che aderiscono pienamente al protocollo loro proposto. Confrontato con il 35% medio di infezioni in assenza di interventi, si tratta di un risparmio di infezioni pari a circa l’85%. E’ interessante notare che tra le pazienti che assumono terapia antiretrovirale durante la gravidanza si abbassano anche i tassi di abortività e di nati-mortalità, indici indiretti del miglioramento della salute della coppia madre-bambino. Tale miglioramento va probabilmente ascritto anche agli intereventi di sostegno nutrizionale che DREAM include a pieno titolo nel protocollo di trattamento.

Un secondo capitolo riguarda l’attività dei laboratori di Biologia Molecolare.
Ne sono attivi tre in Mozambico, mentre altri 4 (uno per paese in Malawi, Tanzania, Guinea Conakry e Guinea Bissau) avvieranno l’attività entro il 2005. Si tratta di uno sforzo importante a servizio di un intervento di lungo-termine. Oggi i laboratori avviati in questi anni in Mozambico lavorano fino 3.000 campioni al mese, attività dedicata per circa il 50% alla misurazione della carica virale e della conta delle cellule CD4.
Il personale, tutto locale, rappresenta un patrimonio di conoscenze e di capacità gestionale a servizio del paese.

Infine il capitolo della formazione, cruciale collo di bottiglia per tutti i programmi di lotta all’AIDS in Africa. DREAM ha offerto formazione altamente qualificata a personale proveniente da 14 paesi dell’ Africa Sub-Sahariana. Tra Medici, Infermieri, Tecnici di Medicina, Biologi, Tecnici di Laboratorio, Assistenti Sociali, Operatori dell’Assistenza Domiciliare, Educatori alla Pari, Tecnici Informatici sono ormai oltre mille le persone formate all’interno di cinque corsi panafricani e di oltre 10 corsi locali tenuti dalla Comunità di Sant’Egidio tra il 2001 ed il 2005. Le lezioni sono state tenute da personale universitario ed ospedaliero, accompagnato da traduzione simultanea in quattro lingue (Italiano, Inglese, francese e portoghese) e corredato di testi e materiale su supporto informatico anch’esso tradotto nelle quattro lingue veicolari.
I corsi sono stati articolati su una parte teorica ed una pratica svoltasi all’interno dei servizi già operati da DREAM nelle diverse città del Mozambico.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

PRIX BALZAN 2004

PRIX BALZAN 2004
EN FAVEUR DE L’HUMANITÉ, LA PAIX
ET LA FRATERNITÉ ENTRE LES PEUPLES
À LA COMMUNAUTÉ DE SANT’EGIDIO

Motivation :
« Pour l’action de la Communauté de Sant’Egidio qui a relancé dans le monde la cohabitation pacifique entre des groupes d’ethnie différente et encouragé, indépendamment de tout credo religieux, l’action humanitaire, la paix et la fraternité entre les peuples; en particulier, pour la réalisation au Mozambique du programme DREAM, « rêve » de lutte contre le Sida et la dénutrition, qui est devenu un modèle concret pour d’autres pays africains en difficulté. »

À l’occasion de la remise du Prix Balzan 2004 en faveur de l’humanité, la paix et la fraternité entre les peuples, le Président de la République Italienne, Monsieur Carlo Azeglio Ciampi se rendra à la Communauté de Sant’Egidio.

LE PRIX BALZAN POUR LA PAIX:
LE PRIX DU PAPE JEAN XXIII ET DE MERE TÉRÉSA

Le Prix en faveur de l’humanité, la paix et la fraternité entre les peuples est un prix spécial décerné par la Fondation Balzan à une personne ou à une organisation, pour les efforts particulièrement méritoires déployés en matière humanitaire.

Jusqu’à ce jour, le prix a été décerné au Pape Jean XXIII, à Mère Térésa, à l’Abbé Pierre, à la Fondation Nobel, à l’Onu (Haut Commissariat pour les Réfugiés), au Comité International de la Croix Rouge et au pakistanais Abdul Sattar Edhi.
Les Prix Balzan, attribués dans différents domaines, dans le cadre des sciences exactes et des sciences humaines, sont parmi les prix les plus importants du monde, en matière humaniste et scientifique, aussi bien pour la rigueur scientifique qui régit leur attribution, que pour la valeur des Prix décernés (le Prix pour la paix octroie 2 millions de francs suisses, c’est-à-dire environ 1 million 300 mille euros). Leur but étant celui d’encourager, de par le monde, sans aucune distinction de nationalité, de race ou de religion, la culture, les sciences, et les initiatives humanitaires les plus louables, visant la paix et la fraternité entre les peuples. C’est justement pour cette raison qu’il existe un Prix spécial, qui peut être décerné à des intervalles qui ne soient pas inférieurs aux trois années.

La Fondation est née à Lugano en 1956, grâce à la générosité de Angela Lina Balzan qui, à la mort de son père Eugenio Balzan, hérita d’une fortune considérable qu’elle voulut destiner à une Fondation, dans le but d’honorer la mémoire de son père.

Eugenio Balzan, né en 1874, a longtemps travaillé comme journaliste au « Corriere della Sera », avant d’en devenir le directeur et le copropriétaire (avec une petite participation). Il quitta l’Italie en 1933, à cause de son opposition aux milieux fascistes qui étaient hostiles à l’indépendance du « C

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail